Grotte des Rochers Bacons

Georges et Doc, salle meurtrière, Petite Chute

Où en sont ces creuseurs fous du Jura ? Après maintes péripéties, dont l’effondrement catastrophique du 16 décembre 2002, ils ont changé le cap de leur creusage, pour l'entonnoir...

 

 

En effet pour ceux qui y croyaient encore, l’idée fut de suivre les signes du passage de l’eau en débutant le creusage au lieu-dit l’Entonnoir (sortie d’eau en cas de crue qui est à -12 m de l’entrée dont l’altitude se situe à 635 m).

Rampe d'accès au puits de l'EntonoirDoc dans la petite salle avant le puits de l'EntonnoirPuits de l'entonnoir, ces étayages, ces échelles

Ces travaux, qui ont débuté le 8 février 2003 et qui sont toujours en cours, ont engendré l’engagement de moyens physiques, techniques et financiers considérables pour notre club.

Avant la jonction avec la go. de la Petite ChutePierrot lors de la jonction avec la Petite ChuteCharles nous fait du béton

Enumération des étapes techniques

  1. Aménagement de l’ancienne rampe de guidage pour en faire un chemin de roulement pour la benne à 3 roues entre l’Entonnoir et le bord de l’effondrement ou nous pouvons évacuer les déblais.

  2. Fixation d’un rail de 6 m pour faire un va-et-vient avec le palan à chaîne.

  3. Après une année de creusage, avec la chance d’avoir trouvé un vide important dans le remplissage, nous sommes arrivés à -22 m (alt.613 m).

  4. Année 2004, construction de murs de soutien contre le ravinement de l’eau, installation d’une rampe de guidage pour la petite benne basculante, car le dénivelé est d’environ 40°.

  5. Année 2005, début d’un nouveau puits presque vertical. L’acquisition d’un petit treuil à câble est nécessaire pour monter les déblais au début du puits ; ils sont ensuite repris par le palan jusqu’au plancher d’évacuation et sont basculés dans la benne à 3 roues, qui est au final déversée dans la grande salle ou avait eu lieu l’effondrement ayant provoqué l’abandon du creusage en cet endroit. Tout le creusage en profondeur a nécessité la mise en place d’un étayage qui se compose de cintres métalliques et de tôles ondulées de 200 cm x 80 cm et qui laisse entre la paroi un espace d’environ 3 m sur 1,5 m.

  6. Année 2006: remplacement du petit treuil à câble par un 2ème palan à chaîne plus sécurisé, nous sommes à -30m

  7. Année 2007 : le 2 janvier nous faisons la jonction avec la grotte de la P.C. dans la petite salle à -33 m (alt. 602 m).

Rampe pour vider les déblaisGiambe et Valé au frontPause de midi à la cabane

 

Fin de l’année 2008, constatations et perspectives

 

Nous sommes pour l’instant à -40 m (alt. 595 m). Nous avons du côté nord une paroi presque verticale et du côté sud le remplissage maintenu par les étayages.

Le sol est composé de blocs d’argile et surtout de galets de plus en plus meubles où l’on entend l’eau que nous injectons couler librement en dessous. Nous pouvons supposer que quelques mètres plus bas (environ -5 m? alt. 590 m) nous serons en contact avec la rivière souterraine qui sort en période d’étiage à environ 80 m à l’est, à l’altitude de 585 m.

Et l’amont ? Bonne question, aurons-nous un passage entre l’éboulis et la rivière, ou alors serons-nous au point final de nos possibilités ? De toute façon, nous devons continuer pour le savoir !

Etat du creusage en octobre 2008 (F.Colombi)Et voici le travail, au 17 janvier 2009! (F.Colombi)

Film inédit de 1994 (Damien) : Rocher Bacon en image (YouTube)


 

Activités Rocher Bacon 2009:

 

Samedi : 3.01.09
Nous terminons l’étayage et nous continuons le creusage en profondeur.
Pour le début de l’année 2009, nous sommes à – 40m. et à l’alt. de 595m. Le soir, nous mangeons une Pælla préparée par Alain.
Participants : Chopard V. Chopard C. Laurent A. Laurent E. Guenot P. Freléchox C. Baetscher J. Giamberini F. Pauli D. Vouillamoz A. Vouillamoz P.

Vendredi : 9.01.09
Nous dégageons au marteau piqueur un passage entre la paroi rocheuse et l’échelle pour que la benne puisse passer, j’ai déplacé l’échelle quelque jours avant, pour la positionner au plus près du fond du creusage.
Participants : Guenot P. Vouillamoz P.

Samedi : 10.01.09
A part la conduite d’eau gelée, le creusage continue de plus en plus prometteur, mais il faut dégager ou casser des blocs qui sont gros, et en même temps Damien fixe des tubes métalliques pour assurer l’étayage. Visite d’un photographe.
Participants : Humbert G. Linder D. Freléchox C. Colombi F. Baetscher J. Laurent A. Giamberini F. Vouillamoz P.

Samedi : 17.01.09
Pendant la semaine, je continue l’aménagement de la nouvelle position de l’échelle, et le samedi nous continuons le creusage et pose de tubes de soutiens et de tôles.
(60l.essence Giamberini F. Laurent A. Vouillamoz P.)
Participants : Guenot P. Freléchox C. Chopard V. Linder D. Giamberini F. Colombi F. Laurent A. Minder G. Lachat R. Vouillamoz P.

Samedi : 31.1.09
La semaine avant, une crue a eu lieu, faisant monter l’eau de 2 à 3mètres au dessus du puits.
Le creusage fait apparaître des blocs de plus en plus grand que Damien devra faire exploser.
Nous atteignons pour l’instant - 42 mètres. (20l.essence Linder D.)
Participants : Linder D. Chopard V. Humbert G. Freléchox C. Giamberini F. Colombi F. Frésard M. Frésard J. Laurent A. Vouillamoz P.

Jeudi soir : 5.2.09
Nous faisons exploser quelques blocs.
Participants : Kunz C. (un copain Gille) Vouillamoz P.

Samedi après-midi : 7.2.09
Nous sommes revenus faire sauter un bloc, à cause d’un détonateur défectueux.
Participants : Kunz C. Vouillamoz P.

Samedi : 21.2.09
Nous continuons le creusage en profondeur. (20l.essencs Vouillamoz P.)
Participants : Freléchox C. Giamberini F. Joye D. Linder G. Vouillamoz P.

Samedi : 28.2.09
Le dégagement de blocs et de galets continue, de l’air est aspiré entre les blocs, s’est un bon signe d’encouragement. Visite de Voyame J.M. un ancien du club.
Participants : Linder D. Chopard V. Guenot P. Baetscher J. Freléchox C. Giamberini F. Laurent A. Vouillamoz P.

Samedi : 7.3.09
De plus en plus de grands blocs, il faudra en exploser quelques uns. (20l.essence Linder D.)
Participants : Linder D. Chopard V. Voyame J.M. Weber E. Torche D. Frésard J. Vouillamoz P.

Jeudi : 12.3.09
Minage de quelques blocs.
Participants : Linder D. Kunz C.

Samedi : 14. 3.09
Il y à un mètre d’eau au fond du creusage, provenant de la fonte des neiges. Une équipe de 3 personnes décide de cimenter contre la paroi, des tubes métalliques qui servent de soutient aux cintres de l’étayage. Nous profitons, pour tronçonner par mètres deux arbres qui ont été déracinés par le vent l’hiver passé. (20l.essence Kunz C.)
Participants : Guenot P. Linder D. Giamberini F. Baetscher J. Frésard J. Torche D. Vouillamoz P.

Samedi : 28.3.09
Nous enlevons le palan au dessus du pont d’évacuation, pour le mettre à l’abri d’une crue qui se prépare.
Participants : Giamberini F. Linder D. Vouillamoz P.

Samedi : 4.4.09
Nous fixons des planches de mélèze sur des pieds de fer pour une nouvelle table, imaginé par Charles, et le bois offert par Alain. Nous finissons en quartier les bois tronçonnés et nous les entassons derrière la cabane.
Participants : Freléchox C. Baetscher J. Laurent A. Vouillamoz P.

Samedi : 9.5.09
Continuation du creusage.
Participants : Linder D. Chopard V. Baetscher J. Colombi F. Pauli D. Laurent A. Vouillamoz P.

Samedi : 20.6.09
Creusage entre de grands blocs qui paraissent stables. (20l.essence Linder D.)
Participants : Linder D. Chopard V. Guenot P. Giamberini F. Pauli D.

Lundi : 29.6.09
Nous dégageons quelques blocs derrière l’échelle pour le prochain creusage, la situation devient problématique, car des blocs situés au dessus doivent être stabilisés.
Participants : Baetscher J. Vouillamoz P.

Samedi : 4.7.09
Pendant la semaine, une partie de la paroi qui se trouvait à la base du dernier étayage s’est écroulée. Vendredi après-midi, avec Damien nous avons dégager se qui était possible et pris des mesure, et aujourd’hui nous posons un étayage et du béton.
Participants : Linder D. Chopard V. Colombi F. Giamberini F. Pauli D. Frésard J. Baetscher J. Vouillamoz P.

Mercredi : 9.7.09
Nous cimentons les encrages des cintres et quelques blocs. (40l. essence Laurent A. Guenot P.)
Participants : Linder D. Guenot P. Lachat R. Vouillamoz P.

Samedi : 3.10.09
Nous commençons la saison d’automne par dégager les derniers déblais et continuons le creusage, nous cimentons quelques blocs. (60l. essence Pauli D. Humbert G. Vouillamoz P.)
Participants : Guenot P. Chopard V. Linder D. Baetscher J. Laurent A. Vouillamoz P.

Samedi : 24.10.09
Creusage en profondeur et cimenter quelques blocs, blocs de plus en plus gros à extraire !
Participants : Baetscher J. Giamberini F. Pauli D. Chopard V. Linder D. Baud C. Vouillamoz P.

Samedi : 31.10.09
Creusage et ajustement de blocs. (40l.essence Baetscher J. Giamberini F.)
Participants : Baetscher J. Chopard V. Linder D. Giamberini F. Vouillamoz P


Travaux Pichoux 2011:

21 journées de creusage, 67 demi-jours de maintenance + un 24h. du vendredi 6 au samedi 7 mai (120 bennes) + un 12 h. du samedi 11 novembre de 6h. à 17h. (65 bennes) total, 627 bennes sont remontées, + 23 jerricans d’essence.

On participés au 24 heures : Baetscher J. Bergot S. Beutler E. Chopard V. Chopard C. Crelier C. Farine T. Frésard J. Guenot P. Giamberini F. Humbert G. Laurent A. Linder D. Pauli D. Stähelin L. Werther P. Vouillamoz P.

On participés au 12 heures : Laurent A. Colombi F. Baud C. Beutler E. Giamberini F. Linder D. Baetscher J. Frésard J. Stähelin L. Crelier C. Guenot P.

Etat actuel du réseau des R.B. Fin 2011

En mars 2010 nous sommes arrivés sur la base karstique alt. 588m. Roches en place et grands blocs superposés, impossible de continuer. Nous décidons de reprendre un creusage horizontal, 7 mètres plus haut au niveau de la jonction avec la P.C. Nous avons environ 15 mètres de galerie creusée et le 1 .7.11 nous avons jonctionné le dernier tronçon qui communique à la fin de la P.C. appelée Salle du prisonnier.


 

Etat actuel du réseau des R .B. avril 2012

CoupePlan

En mars 2010 nous sommes arrivés sur la base karstique alt. 588m. Roches en place et grands blocs superposés, impossible de continuer. Nous décidons de reprendre un creusage horizontal, 7 mètres plus haut au niveau de la jonction avec la P.C. Nous avons environ 12 mètres de galerie creusée et le premier juillet 2011 nous avons jonctionné le dernier tronçon qui communique à la fin de la P.C. appelée salle du prisonnier découverte une vingtaine d’année auparavant. Un agrandissement dans l’étroiture menant à la salle du prisonnier était nécessaire si nous voulons continuer l’exploration. En se moment nous avons 5 mètres de plus avec se que j’appelle le passage du prisonnier, car la galerie continue plus petite dans le haut de la galerie principale. Pour continuer par se passage, des tôles sont posées au sol pour faciliter la traction de va et vient d’une seille qui sert à l’extraction des déblais qui obstruent en profondeur la suite que l’on devine à travers les vides. Ses déblais sont versés dans la grande galerie, pour ensuite être repris dans la benne qui sera véhiculée au début de l’échelle de remontée. Voila comment ça se passe en se moment au mois d’avril 2012 pour ceux qui désirent continuer les recherches d’accès au réseau des Rochers Bacon.

Nouvelles évolutions aout 2012 : L’grandissement du passage du prisonnier à permis la pose de deux rails en u espacés de quarante centimètres qui servent de support de roulement à un chariot sur roulettes que j’ai construit précédament. Pour l’instant une seille en plastique posée sur le chariot permet de véhiculer les déblais de la chambre du prisonnier à la grande galerie. Par la suite, la benne peut se trouver sur le chariot à roulettes et ensuite véhiculer par le chariot à pneu jusque au début de l’échelle de remontée. L’agrandissement de la chambre du prisonnier à commencé, un étayage avec tube et tôles est installé, affin de sécuriser l’endroit de creusage.


Au Pichoux: Décembre 2012

Nous avons accédés et agrandis le passage qui mène à la chambre du prisonnier. Des aménagements sont installés : électricité, lumière, étayage de tubes et de tôles, pose de deux rails en U qui sert à faire rouler un chariot à quatre roulettes (fabriquer par P.V.) sur le quelle est posé une seille à mortier qui sera remplie de déblais. Le chariot sera lâché et descendra une légère pente pour être stoppé environs huit mètres en aval par la corde de retenue qui par sa traction fera renverser la seille de déblais. Ces déblais seront stockés ou repélés dans la benne posée sur le chariot à main à deux roues qui sera véhiculer quelques mètres plus loin pour être pris en charge par les deux palans qui remonterons les déblais environs trente mètres plus haut pour leurs destination finale. Le creusage dans la chambre du prisonnier est toujours possible mais sa direction et la probabilité d’accéder au réseau est incertaine, les motivations sont à la LIMITE !

Travaux Pichoux 2012 statistique :

15 journées de creusage, 67 demi jours de maintenance 113 bennes sont remontées, + 13 jerricans d’essence.

Participants : aux journées à la maintenance aux jerricans

Vouillamoz P. 15 journées 67 maintenance 2 jerricans
Baetscher J. 11 - 6 - 1
Linder D. 10 - 1 - 2
Giamberini F. 9 - 2 - 1
Stähelin 5 - 1
Beutler E. 4 - 2
Laurent A. 4 - 3
Baud C. 2 - 1

Frésard J. 2
Grossert D. 2
Robert D. 2
Guenot P. 1
Pauli D. 2
Colombi F. 1 - 1
Chopard V. - 1

Torche D. 1
Meury PX. 1

Lachat R. 1


 

Coupe et plan du système Rocher Bacon - Petite Chute et quelques images de plus par ici:

Vue générale du sitePlan Rocher-Bacon et Petite ChuteCoupe Rocher-Bacon et Petite Chute

 

Plan général du système Blanches-Fontaines:

Plan des sources des Blanches-Fontaines