SPELEO-CLUB JURA  Les Grands-Champs, 2863 Undervelier (CH)

Quoi d'neuf

News

MAI  2020 : en ces temps de confinement et avant de vous rendre dans une des résidences secondaires du SCJ, merci de vous annoncer sur cette nouvelle liste pour éviter les embouteillages.
PX


En ces temps difficiles, n'hésitez pas à lancer un petit coup de fil pour échanger quelques mots avec les plus confinés d'entre nous... Jean-Claude au o32 466 32 35, Le Charles au o76 249 75 26, Pierrot au o32 422 47 35 ou le Jean au o79 699 32 50
Alain.


Le N° 157 de Spelunca est exeptionellement en ligne
https://medias.ffspeleo.fr/pdfjs/pdf/202004_Spelunca_157_offert.pdf


Vous voulez savoir si votre nom figure parmi les 110'000 publications mondiales concernant la spéléo, ou  simplement tout savoir ce qui a été écrit sur votre grotte préférée.. ?! c'est ici, -> recherche avancée -> BBS puis taper votre question (en bas à droite). Bon surf !


Milandre, station hydrogéologique amont du Maira : consulter ici

A venir

Programme

 

pas grand-chose, du coup


Désormais, la spéléologie (privée/non organisée) peut à nouveau être effectué de manière restreinte et raisonnable. Merci de lire la communication du Bureau de la SSS

b_180_140_16777215_00_images_stories_2020_CoViD19_KOM-2f_v3.jpgb_180_140_16777215_00_images_stories_2020_CoViD19_KOM-2f_v3-2.jpg

Dimanche 10 mai: Les Grands-Champs (Eddie, Louis, Julien, Vanessa et le Glatz pour la grillade)
Café, entretiens des espaces verts: tondeuse et débrousailleuse, grillade et café retour dans nos demeurs respective avec détours dans une doline 
partiellement ravinée aux Embreux
 
Samedi 2 Mai: Narine de Boeufs(Louis, Vanessa, Fabrice, Delphine, Julien)
Poursuite des désobstructions dans la trémie du fond: quelques M3 de déblais en moins mais pas (encore) de collecteur en vue.
Le courant d'aire est toujours présent, affaire à suivre
 
entre mai et avril (date à confirmer hum...): Gouffre de Lajoux(Louis, Fabrice,Vanessa, Julien)
La décision est prise de déséquiper le trou, non pas pour le fait d'abandonner les recherches mais par un souci de sécuritée et résponsabilitée du matériel en place. L'hiver passé les conditions n'étaient pas aux RDV pour poursuivre les travaux. déséquipement en bonne et dû forme, les cordes ne sont pas hors d'usage mais présentes quand même quelques signes d'usure. AVIS AUX PROCHAINS VISITEURS: il faut remplacer les déviateurs
prévoir perfo, 3-4 amarages complets, 5-6 m de cordelette et 3-4 mousquetons inox
 
 
 
 
Samedi 25 avril : Grands-Champs (Andy, PX)
Archivage de nombreux documents sous un éclairage maison bienvenu et réparation et entretien des lampes à gaz de la maisonnée.
Exercice de distanciation sociale réussi !                                             
b_180_140_16777215_00_images_stories_2020_PHOTO_20200425_134650.jpegb_180_140_16777215_00_images_stories_2020_PHOTO_20200425_123836_-_copie.jpeg

 

 

 

 
 

 

Samedi 21 mars : Narines (Vanessa, Julien, Fabrice, Louis)
Déstabilisation de trémie déjà peu stable et autres joyeusetés du genre. Toujours plus proches des "Narines II"... Puis dans le désordre, café, lasagnes à l'emporter, café, fromagerie des Reussilles et raclette ciboulail, café et presque escalade à la Jacoterie, mais finalement prospection dans de vastes étendues d'herbe. 

 


 

Samedi 7 mars : Touki-Trou (Vanessa, Andreas Schörle, Fabrice, Julien et une ribambelle de gamin)
Visite de la cavité et pic nique à mi-parcours. La relève du SCJ est assurée. Montée plus difficile pour certain mais tout le monde est dehors, du moins je crois.

Samedi 7 mars au soir et dimanche: Bivouac au Touki-Trou (La famille Saucy et cie)
Bivouac et fondue chinois vers  -60 dans le cadre d'un cadeau d'anniversaire. La spéléo n'est pas forcément un cadeau parait-il suivant certaine. 
Dimanche nettoyage et rangement du matos aux Grands-Champs puis Pasta Bolo gruyèro à Vicques
 
 

 
 
Mercredi 4 mars : Les Grands Champs (Vanessa, Andreas Schörle, Julien et une ribambelle de gamin)
Cours extra-sacolaire, initiation au techniques verticales dans la grange et visite du Pichoux en crue
 
 

 
 
Dimanche 1 mars : Gouffre des Narines de Boeufs (Vanessa, Louis, Damien Saucy senior, Julien)
Initiation aux techniques verticales et à la spéléo aérienne pour le papa de Vanessa pendant que Louis et Julien s'occupent de la trémie. Pour ceux qui connaissent les lieux, au fond de l'éboulis qui mène au point bas de la cavité, un conduit remonte d'une quinzaine de mètres, avant de se stopper sur une trémie. Un gros bloc d'un m2 et plusieurs centaines de kilos retient une certaine quantité de caillasse. Nous mettons quelques paille dans le "Q" de ce dernier et profitons de l'arrivée de l'équipe initiation pour casser la croûte. Dans le calme paisible de la grotte, on entend les sandwiches se faire croustiller. Soudain.... pour rompre le calme, une véritable avalanche de cailloux se déclenche !
 - Tiens, c'est peut-être la trémie qui se vide ? lança l'autre avec un sourire malicieux.
En effet, après vérification plusieurs m3 ont litéralement glissé. La suite du repas fut ponctuée d'importants vacarmes, la trémie se met en place ou se déplace, chacun son point de vue. Retour en surface pour les novices et assainissement des lieux pour les autres.
Il faudra revenir pour forcer la chose une fois les gravats stabilisés, affaire à suivre!
Pasta Carbo Huevo chez les Saucy.
 
 

 
Samedi 29 février : Gouffre des Narines de Boeufs (Vanessa, Andreras Schörle, Fabrice Saucy junior, Julien)
Suite au niveau d'eau trop élevé, le gouffre de Pertuis est troqué aux Narines. Café-croisant chez les Saucy-Frésard à Develier et visite du gouffre par le canyon. Un certain chercheur de collecteur et d'ennuis repère une trémie qui mériterait un petit quelque-chose. Après quelques débats, nous laissons les plaquettes mais déséquipons le trou. Louis tranchera si oui ou non en lieu et place de la messe nous retournerons faire ce fameux " petit quelques-chose" (voir ci-dessus).
 
 

 

Samedi 8 février : Remplacement de l’échelle spéléo de Milandre par une échelle sécuritaire confectionnée par un petit artisan du cru (Cédric B., Cédric C., Louis, Andreas, Vané et toute sa smala (son frère Fabrice, sa belle-soeur Delphine, son père Damien, et même son petit copain Juju), et votre rédactrice du jour : Glädje, puis aux Grands-Champs : Christian, Dan et sa famille, Seb et sa fille) 
Les photos sont de Cédric B.
9h tapantes au Maira, tout le monde est à poil. Le départ est imminent. La moitié de l’équipe s’en va dans la peugeot 106 la plus citée outre-roestigraben (grâce au SSS-Info), fraction composée de sa conductrice Vané, de la quasi-totalité de sa smala et d’Andreas qui aura bientôt mérité un petit Schorle.Ensuite départ du fourgon : Juju et Ludwig se sont protégés derrière un grillage car Cédric C a oublié ses clopes. Sinon, l’équipe composée encore de Cédric B et moi-même, est assise confortablement sur des échelles absorbant bien les accélérations et les secousses. Rien à dire sur la conduite. 

Ambiance panier à salade garantie

Le coffre restant entre-ouvert car les échelles dépassent, nous vivons une première aventure : l’infiltration par une meute de chiens cent mètres après le départ. Heureusement, le Pape en vigueur au Maira les a rappelés.
Au parking de la grotte touristique, habillage, empaquetage et tassage des kits, sous-pesage des trois pans d’échelle et discussion philosophique sur le pourquoi des choix ayant amené à ce qu’elles pèsent pareillement une blinde (mais bon... elles ont l’air assez solides, des fois ça peut être un avantage), puis formation spontanée des équipes. La dream team de pointe, Louis et Sab, ouvre la marche en charriant un pan d’échelle qui traînait par-là, ainsi qu’un kit, mais celui-ci fut rapidement abandonné car ce cumul était assurément foireux. L’équipe est talonnée par le duo des Cédric qui se coltine la PIRE des échelles (le bout coudé), duo lui-même suivi de plus ou moins près par la team de choc Juju-Andy. Les kits sont partagés entre les membres restants de l’expédition, et Vané a pensé qu’elle allait se la couler douce avec un seul kit, c’est sans compter sur l’équipe de pointe qui en avait largué un non sans grâce. Donc au final Vané s’est bien fait chier avec deux kits assez peu aériens.
La promenade avec deux kits tout comme avec des échelles, arrêtons-nous et méditons pour bien se représenter la pure partie de plaisir dans les rampings, accrochages car la grotte est variablement ergonomique pour cette tâche, oppo en portant l’échelle via des sangles autour du cou, pentes boueuses, zigzags, escalades, descentes d’échelons et autres joyeusetés. Une idée pour le prochain spéléolympics, la course d’échelles made by Juju.

Il ne faut pas oublier de se rafraîchir, en plus les kits boisson sont loin derrière

Après quelques efforts et une transpiration immodérée, nous arrivons à l’échelle incriminée et condamnée au remplacement. Une équipe picnic se forme avec la même spontanéité et ferveur que lors du départ. L’équipe picnic râle qu’elle a froid, pas de couteau, qu’on est mal assis, et commente (comprendre : « critique ») les travaux depuis un petit promontoire pour ne pas se faire entendre. Aucun nom ne sera divulgué.

Deux salles, deux ambiances

Quelques positionnements d’échelle, percements et vissages par l’équipe laborieuse plus tard, l’équipe picnic fait la queue en bas de l’échelle pour se remettre en marche. Vané et Sab récupèrent la vieille échelle – plus compacte mais pas tant aérienne non plus – et embarquent un kit, et embarquent aussi Delphine Fabrice et Damien. Le taux d’énergie et de jovialité descend progressivement en cours de route, de la gradation « chanter la chenille » à celle « silence radio pendant le dernier km ». Une fois dehors, tout le monde est un peu raide, Cédric C. arrive encore à prononcer « c’est plus de mon âge ces conneries » avant de s’écrouler puis de quand même trouver l’énergie de se relever pour s’allumer une clope. La température à se peler les miches nous pousse à tolérer la petite odeur singulière embaumant la cabane du Maira.
Pendant ce temps, Christian, le Dan, Seb et leurs smalas respectives nous attendaient patiemment aux Grands-Champs en faisant des coloriages et en préparant le souper. Et surtout, ils ont fait du FEU dans le fourneau, et ça, ça passait vachement bien.
Nous avons passé une merveilleuse soirée et avons cherché la force d’entamer une grande farandole, mais seuls les enfants l’ont trouvée. Avant d’aller se coucher, Juju et Chrichri se les sont mesurées (leurs néoprènes). Une belle aventure de plus au compteur !