SPELEO-CLUB JURA  Les Grands-Champs, 2863 Undervelier (CH)

Quoi d'neuf

News

Neuf spéléologues jurassiens passeront trois jours sous terre dans la grotte de Milandre !!


L'amoire sécurisée extérieur pour les bouteilles de gaz va bientôt arriver aux Grands-Champs


Découvrez ici la galerie photos du dernier camp du Tsanfleuron !


Chers membres, comme promis lors de notre dernière assemblée, vous trouverez ici la liste au format Excel de tous les livres que vous pouvez consulter et emprunter dans nos archives des Grands-Champs. Vous aurez besoin de vous connecter pour accéder à ce fichier. Pour ce faire, cliquez ici.


Milandre, station hydrogéologique amont du Maira : consulter ici

A venir

Programme

Jeudi 20 janvier: Rocher Bacon
Ce jeudi, extra muros à la cabane des rochers Bacon pour une petite gommeuse.. 🧀 (Rens. CédricB)
Vendredi 1er avril 2022 : Assemblée générale SCJ
Classique, Grands-Champs, etc. 

Samedi et dimanche 4 et 5 juin 2022: Spéléo et Grands-Champs
Camp spéléo aux GC avec le GSD et GS La Roche (Rens. PascalG)

24-31 juillet 2022 : Congrès International de Spéléo à Chambéry
Grande rencontre spéléo (presque) aux portes de la Suisse...


Été 2022
Retour de l'exposition Spelaion à La Chaux-de-Fonds
Infos sur le site: https://forum.spelaion.ch/


22-23 avril 2023 : Assemblée des Délégués de la SSS
Quelque part dans les Franches-Montagnes, avec la participation des membres du GSP (50 ans) et du SCJ (75 ans). Le bar (mais l'AD aussi), devront être mémorables, réputation oblige !

Quel spéléo (et non spéléo) n’a jamais entendu parlé de la grotte Chauvet ? Les plus vieilles peintures au monde. Vous avez sans doute déjà pu les voire en photo,mais combien ont pu les admirer en vrai ? Eh bien oui les amis, votre cher secrétaire a eu l’énorme privilège de pouvoir accéder au saint des saint des premiers artistes peintres de l’humanité. Voici le récit de cette incroyable visite.

Main de femme

C’est grâce à Rémy Wenger que tout a commencé. Afin de fêter dignement les 10 ans de l’ISSKA il a eu l’idée d’une visite à la grotte Chauvet. Sachant que la liste d’attente pour la visite était d’environ 3 ans, nous nous attendions à devoir patienter quelques temps…. Quelle ne fût pas notre surprise lorsque l’ISSKA reçu une convocation en janvier pour effectuer la visite le 13 février.

C’est donc au pied du pont d’Arc que nous retrouvons nos guides le matin du 13 février. Après un départ dans une tempête neigeuse à la Tchaux, l’odeur de la lavande donne un petit avant goût de printemps.

Parking du Pont d'Arc

Les teneurs en radon et en CO2 de la grotte Chauvet sont particulièrement élevées (un peu comme à Milandre….), c’est pourquoi les visites sont parfois totalement gelées pendant plusieurs mois, mêmes pour les chercheurs. Pour cette même raison, les guides ne peuvent rester dans la grotte que 122 heures par an, ils sont donc plusieurs à faire les visites. Seuls cinq personnes à la fois peuvent entrer avec le guide, le groupe est donc divisé en deux, soit cinq personnes qui feront la visite le matin et cinq l’après-midi. Tout le monde est tenu de lire et de signer les consignes à suivre, avant la visite. Je suis dans le groupe de l’après-midi et pour ne rien perdre de la région, Rémy a organisé une visite l’Aven d’Orniac guidée par une spécialiste du lieu. Je vous passe les détails d’Orgnac, vous pourrez tous y faire un tour si vous êtes dans le coin, ça vaut le détour.

Donc retour au pont d’Arc et montée à la grotte avec nos deux guides. L’entrée se trouve à environ 15 minutes à pied du parc du Pont d’Arc. Après une petit traversée du vignoble, on suit un sentier dans la forêt puis on longe un inter strate bien marqué dans la paroi (visible de la route), encore un petit effort dans la forêt et nous voici vers un abri sous roche aménagé.

Le chemin menant à la grotteCaméra à l'entrée de la grotte ChauvetGrotte technique

Sous l’œil des caméras un équipement complet est distribué à chacun afin d’éviter au maximum le transfert de bactéries etc de l’extérieur vers l’intérieur de la grotte. Une passerelle aménagée sous des filets anti pierre nous mène jusque devant l’entrée. Là, les amis il faudrait plus que bout de cordeau détonant pour forcer la (les) serrure…Caméras, lecteur d’empreinte digitale, clé spéciale, porte à code, puis reporte inox, bref, n’entre pas qui veut ! L’entrée naturelle de la grotte c’est effondrée il y a environ 20'000 ans et c’est par une petite désobe que les découvreurs (ou inventeur) Jean-Marie Chauvet, Elliette Brunel et Christian Hillaire ont pu forcer une étroiture. Le conduit a ensuite été élargi et on accède par une échelle inox, c’est tout beau tout propre. La progression s’effectue ensuite sur des passerelles inox si bien qu’on n’entre jamais en contact avec le rocher.

L'équipe de l'après-midiPlaquette à l'entrée

A ce moment, on a une petite pensée pour Philippe Morel, qui a travaillé dans cette grotte et dont une salle proche de l’entrée porte son nom. Cette salle est protégée par une étroiture, elle est inaccessible pour le visiteur.

Puis on continue et la première impression, magnifique cavité, le rocher est clair, les concrétions sont d’une blancheur intense…on avance ébahit, puis la marque de l’homme, euh de la femme en l’occurrence, quelques points en ocre rouge tamponnés sur la parois par une paume de main féminine. Plus loin les points s’assemblent pour former une esquisse d’animal, puis se dessinent les premiers contours d’un rhinocéros. Quatre traits à peine, un œil, le cerveau reconstitue enfin l’image. Faire deviner un animal avec ces quelques traits…c’est déjà tout un art.

Une chouettePeinture

S’ensuit une chouette, des ours, une sorte d’insecte indéterminable. Bon et le sol alors ? Oui car sur le sol est parsemé d'ossements, la plupart d’ours de cavernes. Des empreintes de pas d’ours que l’on peut suivre sur plusieurs mètres. Une empreinte dans la boue, tellement nette qu’on croirait que l’ours est passé là hier. Des griffures sur les parois, mais aussi sur des peintures ce qui atteste que l’homme était là en même temps, bien qu’il ne vivait pas dans la grotte. Plus on avance, plus les peintures sont sophistiquées et plus les ossements sont nombreux. Une des salles vers le fond contient près de 150 crânes d’ours, un d’eux est posé tel un trophée sur un rocher, sans doute par un de nos ancêtres bipèdes. C’est aussi vers le fond que les plus belles œuvres sont concentrées. Des fresques de plusieurs mètres de long ou s’entremèle fauves, chevaux, rhino, ours, cervidés etc. Les peintures d’animaux dangereux sont nombreuses à Chauvet, mais ce n’est jamais ou rarement le cas ailleurs (selon notre guide). Les artistes préférant peindre des animaux moins féroces. Imaginé le temps qu’ils ont passé a observer la nature, afin de restituer si précisément les contours de ces animaux. Le trait est précis, parfois l’animal est répété, si bien qu’on croirait le voir courir. L’émotion des visiteurs est bien palpable.

b_180_140_16777215_00_images_stories_Chauvet_ID_at_Chauvet_horses_2002.JPGGrande fresqueLa savane en folie

Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, nos guides nous reconduise vers la surface. Nous savourons encore chaque instant dans la grotte, bien conscient de notre chance. Nous garderons longtemps ces images dans nos mémoires.

Toutes les photos de l'intérieur de la grotte ont été trouvées sur internet sans mention de leur auteur...

Le site internet de la grotte Chauvet

La grotte Chauvet sur wikipédia